white and black sailboat during sunset

Pratiquer

La voile c’est votre sport et vous naviguez régulièrement mais…pas autant que vous voudriez, pas aussi loin que vous aimeriez. Vous savez aussi qu’il n’est jamais facile de trouver le bon bateau au bon moment avec les bons équipiers.

A l’ECP il y a de la place pour vous sur un bon bateau avec de vrais marins, le moment et la destination c’est vous qui choisissez…

Il vous suffit d’adhérer à l’association, de choisir un pack 7, 13 ou 18 jours et, sans avoir d’équipage à constituer, sans avoir de bateau à louer, sans avoir de caution à verser, vous voilà parti en navigation.

Vous pouvez naviguer loin ou très près, vous décomptez les jours de votre forfait comme bon vous semble.

Découvrir les Tarifs de l’ECP

Découvrir le Calendrier des Navigations

Découvrir le Calendrier des Cours

Un seul conseil : dès que vous avez adhéré, plus vous vous inscrirez tôt sur le planning,  plus vous aurez de choix dans les différentes navigations.

Témoignage :

Marc : « Sans François, collègue de travail mais aussi à l’époque chef de quart à l’ECP, probablement je n’aurais jamais fait de voile de ma vie. Alors que je lui racontais
que je venais de passer mon permis côtier pour pouvoir utiliser un vieux Zodiac, il me dit : « La voile c’est beaucoup mieux. Pourquoi ne viendrais-tu pas faire un stage à l’ECP ? » Et me voilà embarqué sur Soprano au départ du Havre avec Hervé comme chef de bord. Super weekend avec un grand soleil, un vent sympa et une mer accueillante autant que l’équipage. Je venais de visiter le pavillon témoin de l’association !
Beaucoup de week-end ou de semaines complètes suivirent qui me permirent de découvrir ce que sont réellement la mer et la voile. Un mélange de temps forts, de conditions rudes et de joyeuses arrivées. Un chef de bord me dit un jour : « laisse-toi le temps de découvrir la mer ». Et c’est vrai qu’il faut du temps pour en connaître toutes ses facettes au prix parfois du mal de mer, de positions inconfortables, du froid, de la pluie, du vent qui forcit, des vagues qui se lèvent et blanchissent. Mais aussi des ciels somptueux, des couchers de soleil flamboyants, des nuits étoilées ou de pleine lune.
Quant au bateau lui-même quand on n’en a jamais fait, cela parait d’une complexité telle qu’on désespère de s’y retrouver un jour. Ce langage abscons pour nommer chaque chose, toutes ces ficelles qu’il ne faut jamais appeler « corde » quand on les nomme, ces manoeuvres qui font basculer le bateau d’un bord sur l’autre et que le barreur annonce comme des ordres qui claquent. Et que dire du vent dont on ne sait jamais d’où il vient ni s’il est vrai ou seulement apparent…
Puis doucement, au fur et à mesure des navigations, tout commence à s’éclaircir, prendre forme, avoir du sens. C’est ça le miracle de l’ECP : l’encadrement mais aussi les équipiers les plus avancés, vous apprennent, vous font participer, vous donnent confiance. La mer devient vite une amie, le bateau perd de son mystère et l’envie de savoir naviguer par vous-même commence à vous prendre.
C’est cela qui m’est arrivé. Après avoir été équipier sans chercher vraiment à en savoir davantage, un jour l’encadrement m’a proposé de devenir chef de quart. Lourde responsabilité ! On devient le numéro 2 et cela vous engage, vous implique, vous pousse. Et alors une nouvelle envie apparait : pourquoi ne pas être chef de bord ?
Le but réel de l’ECP est de permettre à toutes celles et ceux qui naviguent d’avoir la possibilité de devenir Chef de bord. Dans une association c’est une réelle responsabilité qui vous engage complètement y compris au pénal. Mais on peut aussi devenir Chef de bord en louant ou en achetant son bateau dès lors que l’on se sent capable de ramener l’équipage et le bateau à bon port dans de bonnes conditions. Pour ma part c’est la voie que j’ai choisie. Tout d’abord j’ai loué 5 années de suite. Un 30’ pied d’abord, puis un 31.7, puis des 35’. Et enfin j’ai acheté mon bateau : un First 36.7. C’est le petit frère de Soprano et il est aussi performant et agréable. Une folie me direz-vous ? Oui…mais une folie comparable à nulle autre !
Je n’ai encore rien dit de l’ambiance à l’ECP et c’est sur ce point que je veux conclure ce partage d’expériences. L’ECP n’est pas qu’une école de voile dont le niveau de formation n’a rien à envier aux autres y compris aux plus renommées. L’ECP c’est aussi et peut-être surtout une association où l’on se sent bien. Durant mes 15 années d’expérience avec cette école, je n’ai jamais eu un mauvais week-end ou semaine quelles que soient mes affinités avec les équipières/équipiers présents sur chaque bord. Au contraire ! Des arrivées de port mémorables, des fous rires, des rencontres, des partages…Et maintenant que je navigue sur mon propre bateau c’est tout cela qui me manque. »