Récits de Nav

Concarneau – Brest du 20 au 24 juin

Pour aller de Concarneau à Brest Soprano a un copain puisque Spiruline le brestois est venu le retrouver. Les deux bateaux se connaissent bien et s’en donnent à cœur joie avec pour le premier jour un mouillage aux Glénans avant de se retrouver le soir au port de Lesconil.

Concarneau Brest en escadre

Le lendemain on se rapproche du raz de Sein pour un passage en conditions favorables et nos deux « First » passent la nuit sur un mouillage à St Evette près d’Audierne. Les équipages prennent l’apéro de concert en respectant les gestes barrières.

Le jour suivant, cap sur l’île de Sein où les deux équipages apprécieront d’en faire le tour ;  certains parleront d’une sortie «  terriblement déconfinante ». Se retrouver au mouillage à l’île de Sein au début de l’été avec des soirées à rallonge et des couchants plein Ouest au moment de l’apéro, on en oublie vite ce drôle de printemps.

La dernière journée se déroule sous très peu de vent et on dépoussière les spis. On s’arrête à Camaret après un peu de « rase cailloux » sous voile en passant entre les fameux rochers du Tas de Pois. Mais que cette presqu’île de Crozon est belle avec ses falaises abruptes qui semblent défier la mer !!

Alain sous spi

Avant de retourner sur Brest pour embarquer les équipiers de la seconde navigation, on procède à des tests des batteries qui donnent des sueurs froides à Marc notre Président. Pendant une bonne partie de la journée de changement d’équipage, Soprano est sans batterie opérationnelle. Grâce à l’intervention de « Marée Haute », notre chantier de Concarneau, les batteries sont opérationnelles en fin d’après-midi et Soprano file sur Brest au moteur pour embarquer le nouveau bord.

Réglages… réglages fins même !